En route pour la création d’une AMAP !

Depuis les prémices de mon projet d’installation, l’idée est là, sous-jacente : je me verrais bien comme paysan en AMAP, ou ‘paysan de famille’ comme disent les québécois.
Mais je m’étais jusque là abstenu, et pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je ne me sentais pas prêt (surtout sur un plan technique) et la pression liée au fait d’être engagé à fournir chaque semaine un panier de légumes à plusieurs familles aurait probablement nuit à ma priorité principale : m’occuper de ma petite famille. Par ailleurs, je n’étais pas dans le besoin d’une telle relation, préférant assumer l’ensemble des risques et la prise en charge de l’avance de trésorerie. Enfin, j’avais des scrupules à lancer la démarche alors qu’aucun groupe de consom’acteurs n’était en demande de l’autre côté de l’étal.

Mais voici qu’une résolution pour l’année 2014 se profile à l’horizon : me sentant à présent prêt à me lancer dans un partenariat en AMAP, nous allons faire ensemble le nécessaire pour qu’elle voit le jour. Ensemble, car il va falloir la mobilisation de plusieurs familles de Durtal et de ses environs pour que l’envie devienne réalité.
D’ores et déjà, plusieurs ont déjà signalé leur intérêt et nous allons donc avancer dans ce sens. Si c’est aussi votre cas, n’hésitez pas à me contacter : contact [at] lafermedespetitspas.fr.

Cerise sur le gâteau, le mouvement des AMAP finalise le processus de réécriture de la charte (qui datait de 2003) et nous pourrions être parmi les premiers à mettre en place sa nouvelle version. Issue d’un processus participatif et démocratique qui a duré plus d’un an et demi et mobilisé des milliers de personnes à travers la France, ce texte correspond à merveille à l’idée que je me fais de la relation que je souhaite mettre en place.

Mes motivations :

  • Je me sens à présent prêt, sur un plan technique (diversité, équipement…), pour pouvoir mettre en place un tel partenariat.
  • La commercialisation à multiples facettes (marché, vente à la ferme, paniers) a montré ses limites en matière d’irrégularité, de faiblesse du chiffre d’affaires généré (notamment le marché), du temps passé à la récolte et à la vente.
  • La relation créée avec mes « clients » réguliers va au-delà de la relation commerciale et gagnera en intensité au travers d’une AMAP.
  • Ayant participé à la dernière étape de la démarche de réécriture de la charte, je suis particulièrement désireux de participer à l’incarnation de ce texte produit par l’intelligence collective.

Mes atouts :

  • Mon ‘outil de production’ est à présent opérationnel.
  • Ayant à présent une saison entière derrière moi, je me sens plus à l’aise avec la planification et la conduite des cultures.
  • J’ai l’expérience de la création et de l’animation d’un groupe de consom’acteurs, ce qui devrait faciliter la vie du partenariat.
  • Le partenariat de départ sera limité à une quinzaine de paniers (éventuellement de tailles différentes), afin de faciliter la relation directe avec les coproducteurs (nouveau terme utilisé dans la nouvelle version de la charte pour désigner les amapiens)

Mes réserves :

  • J’espère qu’un petit groupe moteur prendra rapidement le relais de l’animation et de l’organisation du partenariat afin que je puisse me concentrer sur la production et la communication avec les amapiens.
  • Les dispositions prises pour l’AMAP devront s’insérer sereinement avec les autres ‘filières de commercialisation’ que je développerai ou maintiendrai l’année prochaine : crèche, Restaurant des Plantes et vente à la ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *